Journée 22 : la mythique Argolide par Eloïse.

Avec le soutien d’Anne-Laure pour taper une partie du texte.

Nous ne sommes plus sur une île mais dans le Péloponnèse, qui est relié au continent par le canal de Corinthe.

Une carte en allemand du Péloponnèse – Par Pitichinaccio — Image:Peloponnese relief map-blank.svg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3416658

L’Argolide est la région du premier doigt du Péloponnèse. Et dans le Péloponnèse il y a plein de sites archéologiques. Nous avons choisi d’en visiter deux dans l’Argolide, la région où nous sommes : Mycènes et Epidaure. Pour cela nous avons loué un minibus et nous sommes partis à 8 heures du matin.

La route était entourée d’orangers et d’oliviers.

Mycènes

A Mycènes nous avons rencontré notre guide Katarina. La première chose qu’elle nous a montré est le tombeau d’Agamemnon. Agamemnon était le roi de Mycènes, mais aussi d’après Homère, le frère de Ménélas le roi de Sparte, le mari d’Hélène. Il aurait financé la guerre de Troie. Peut être parce que Paris avait enlevé la belle Hélène, peut être parce que Troie est au bord de la mer Noire et que c’était une ville importante pour le commerce.

Le tombeau était très très grand. On aurait dit une pyramide. Au-dessus de la porte il y a une pierre de 150 tonnes, on ne sait pas encore comment ils ont fait pour la mettre et la déplacer. Peut être que les Cyclopes les ont aidés ? “ou les géants à 100 bras !” dit Joachim. Les mycénniens croyaient en la vie après les morts, ils se faisaient enterrer avec de l’or et leurs objets précieux.

Nous sommes devant l’entrée, le tombeau était caché dans la colline.
Nous sommes à l’intérieur.
On voit bien l’énorme pierre au-dessus de la porte.
Plafond du tombeau en forme de voute ovoïde.

Après nous sommes allés au musée. Nous avons vu des figurines de Gaïa, des bout de fresques peintes et des objets de la vie quotidienne dont des vases, des biberons en terre cuite et des miroirs en bronze poli.

Les femmes avec les “bras en rond” sont des Gaïa représentant la fécondité. On pense qu’elles ont inspirés la lettre “phi” Φ de l’alphabet grec antique.
Déesse Gaïa priant on pense qu’elle a inspiré la lettre “psi” Ψ de l’alphabet grec ancien.
Amphore géante qui servait de sarcophage.
Vases presque intacts
Ustensiles de cuisines et même à droite figue, olives et amandes fossilisées de la préhistoire.
Les miroirs, les colliers, les peignes en ivoire.
Une copie en bronze du masque d’Agamemnon, l’original en or est au musée archéologique d’Athènes, nous l’avons vu l’année dernière. Il y avait beaucoup beaucoup d’or dans les tombes. Les masques étaient posés sur le visage du mort. En fait, personne ne sait s’il s’agit du masque d’Agamemnon ou d’une quelconque autre personne.
Alphabet “hieroglyphique” “Linéaire B” sur des tablettes de terre.

La ville de Mycènes était riche il y a plus de 3000 ans (au 13ème siècle avant J.-C.). Elle était construite de grosses pierres. Il y avait la Polis = la ville, et l’Acropolis = la ville en hauteur. L’Acropolis était fortifiée. Le chantier a du être difficile et les grosses pierres devaient être lourdes et dures à poser. Nous avons vu des ruines de la ville alors que le tombeau était en parfait état. (il a été un peu rénové).

La porte est à nouveau monumentale
Ce sont des lionnes au-dessus de la porte.
La vue sur la vallée de l’Argolide.
Les murailles dites “cyclopéennes” typiques de la période mycéniennes, elles s’appellent comme cela car avec leurs grosses pierres placées les unes auprès des autres on pense qu’il fallait bien l’aide des Cyclopes.
Les cimetières étaient en cercle creusés profondémment, encerclés d’une double rangée de pierres taillées, et recouvertes de terre.
Maquette des ruines vue au musée.

Après la visite nous sommes allés à la taverne et j’ai mangé une Souvlaki au porc et de la salade grecque. A la fin du déjeuner il a plu !! Il y a eu comme un petit orage.

Nous avons repris la route pour Epidaure !

En Grèce il y a toujours des chats 🙂

Epidaure

Tout le monde connaissait le théâtre d’Epidaure mais en fait c’était un immense centre de soin. Il n’y avait pas de ville là-bas mais un centre de soin pour des malades qui venaient de toute la Grèce. Le centre de soin d’Epidaure date de la Grèce Antique et non de la préhistoire comme Mycènes. Nous avons donc fait un bond dans le temps.

Avant le centre de soin il y avait un sanctuaire du dieu Asclepios qui était dieu de la Médecine, fils d’Apollon.

Clémentine et la statue d’Asclepios.

Nous avons vu le théatre et nous sommes même montés tout en haut des gradins. Il y a 14000 places et il sert encore !! La guide nous a montré comment le son se répercute dans le théâtre en frappant dans ses mains.

Le théâtre son entrée rénovée et la scène (qui servait de décor) en ruine.
Vue de tout en haut.
Nous sommes les spectateurs du premier rang !

J’ai appris la différence entre théâtre qui est en demi-cercle et l’amphithéatre qui est le double d’un théâtre donc il fait tout le tour. Le théâtre d’Epidaure servait à faire rire les malades, à les détendre.

Ensuite nous sommes allés voir le musée. Il y avait plein de statues. Il était tout petit, alors nous avons du attendre parce qu’il y avait déjà 10 personnes à l’intérieur. Dans le musée la guide nous a d’abord montré des instruments de médecine : un appareil pour faire ouvrir les yeux quand on les opère. Beark !

Instruments de médecine. Pour opérer les yeux ils utilisaient les cuillères évidées.

On a vu des frontons reconstitués des temples de Asclépios et de Artémis. Elle avait certainement aussi un temple ici car elle aide les femmes enceintes, les bébés, les accouchements.

chapiteau de colonne corinthienne
Statue du temple d’Artémis

En sortant du musée nous avons traversé les ruines du centre de soin : il y a des thermes, un restaurant avec une salle de spectacle = un odéon (comme un théâtre avec un toit en bois), pleins de temples, un dortoir. “Le dortoir était spécial des malades ont racontés avoir rêvé pendant leur sommeil d’Asclepios et après ils étaient guéris !” raconte Clémentine. “comme une femme qui ne pouvait pas avoir d’enfant, Asclepios a posé la main sur son ventre et quelques jours plus tard elle est tombée enceinte”, raconte Joachim.

Ruines du restaurant.
Stade pour distraire les malades.
Des fouilles encore en cours.

La visite terminée nous étions fatigués. J’ai adoré manger une glace après la visite.

Nous disons au revoir à notre guide.

Ce qui m’a le plus impressionnée aujourd’hui c’était le tombeau d’Agamemnon et c’est pareil pour Joachim. Clémentine c’est la grande pierre au dessus de l’entrée du tombeau.

PS : un grand merci à notre guide Katerina Dize. Si vous aussi vous souhaitez passer une très belle journée à visiter ces sites magnifiques avec une guide francophone les connaissant parfaitement et vous permettant d’en apprendre bien plus, vous pouvez la contacter : katerina.dize (at) gmail.com +306974439805 www.argolida.guide

Commentaires

  1. Ulysse

    Eloïse, tu as vu tellement de choses, et même des chats ! Tu as vu beaucoup d’îles ! Bon retour, je t’attends dans une semaine, Ulysse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.